Une mise en garde sur les huiles démaquillantes ou plutôt une petite histoire sur ma propre stupidité

Je ne sais pas exactement depuis combien de temps j’utilise des huiles démaquillantes, des années certainement. C’est efficace pour dissoudre le maquillage (surtout le waterproof), rapide et doux pour la peau. Ne pas avoir à utiliser une myriade de disques de coton et frotter mon visage avec (même délicatement) est un soulagement. A la place, je prends quelques pressions d’huile dans mes mains que j’applique sur visage sec en massant jusqu’à ressembler à un raton laveur (en réalité, plutôt à un serial killer de film d’horreur). D’ailleurs, ma mère a une fois pris une photo de moi pendant que je me démaquillais et c’était assez effrayant (je la lui ai fait supprimer bien sûr).

Bref, ensuite j’utilise un gant de toilette avec de l’eau tiède* pour tout retirer. Plus besoin de penser aux démaquillants spécifiques pour les yeux, lèvres etc. En ce moment, je me sers uniquement des eaux micellaires pour changer de maquillage rapidement ou, plus souvent, pour corriger une erreur de maquillage (satané eyeliner!). Depuis, j’ai donc eu l’occasion de bien tester cette méthode.

Il y a quelques années de ça, alors que j’étais fauchée, j’ai décidé d’utiliser de l’huile d’amande douce dont on avait une bouteille d’un litre à la maison (ma mère aime imaginer qu’elle va suivre une routine beauté élaborée ou jouer au petit chimiste en créant ses propres produits alors qu’elle met souvent des crèmes de nuit à n’importe quelle heure de la journée et est connue pour se laver le visage au savon à main). J’ai transvidé l’huile dans un flacon pompe propre et ai commencé à l’utiliser. Cela fonctionnait parfaitement. Je dirais que la seule différence est qu’il faut absolument utiliser un gant de toilette avec parce qu’elle ne contient pas d’émulsifiant que l’on trouve dans les huiles démaquillantes spécialement formulées, ce qui veut dire que ça ne se rince pas à l’eau; il faut physiquement la retirer. Mais, comme c’était déjà la méthode que j’employais, ça ne m’a pas tellement dérangée. C’est une belle petite histoire mais ne vous inquiétez pas la partie stupide arrive.

Une bouteille d’un litre comme ça peut durer longtemps, très longtemps même. J’étais plutôt contente puisque ça signifiait moins de dépenses pour moi. Cela jusqu’au jour où l’odeur de l’huile d’amande a changé. Je me suis convaincue que c’était seulement dans ma tête. Puis, j’ai réalisé que l’huile avait du tourner et devenir rance. On pourrait penser que ce serait le moment de décider de la jeter. Pas moi. A la place, j’ai pensé: quel mal ça peut faire? Ça reste sur mon visage quelques minutes seulement et je la retire au gant de toilette. Et bien, ces quelques minutes ont été suffisantes pour me causer de sérieux boutons. J’en suis arrivée à un point où je ne pouvais plus l’ignorer et j’ai fini par remplacer mon huile d’amande douche rance par un nouveau démaquillant à l’huile. Après ça, ma peau s’est calmée. Incroyable! Les boutons qui en ont résulté, eux, ont mis longtemps à disparaître (ils étaient profondément incrustés). Comme quoi, on peut vraiment se voiler la face quand on veut et ignorer tout sens commun.

Je pense quand même qu’utiliser des huiles végétales pures comme démaquillant reste une méthode sure (et plus économique); seulement, ne les utilisez pas après leur date de péremption!

Les meilleures huiles démaquillantes que j’ai essayées jusqu’à présent sont celles de the Body Shop (revue complète ici) et Melvita. Brièvement, elles sont efficaces et ont un bon rapport qualité prix.

 

*Je n’arrive pas à attendre que l’eau soit chaude, ça prend trop de temps et ça me stresse de penser à tout ce gaspillage. Je ne le fais que pour des occasions spéciales où je veux laisser poser le gant de toilette chaud sur mon visage pendant quelques minutes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *