Comment se débarrasser de ses points blancs?

On sait tous comment percer un bouton. Ce n’est pas compliqué. Par contre, ce que l’on ne sait pas forcément c’est comment le percer correctement de façon à accélérer le processus de cicatrisation et à minimiser les marques laissées. Après de nombreuses tentatives ratées au cours des dernières années, j’ai maintenant trouvé un protocole que j’essaie de suivre.

Je pense qu’il y a deux sortes de personnes en ce qui concerne cette affaire de points blancs: ceux qui percent et les autres. Et si vous faites partie de la première catégorie, vous savez combien il est facile de devenir obsédé par la moindre imperfection qui, souvent, n’existe que dans notre tête. 

Je sais que la plupart des dermatologues et esthéticiens déconseillent de percer les boutons, et à juste titre (le bouton risque de se surinfecter, de laisser une cicatrice, et d’une manière générale, de faire encore plus chier son monde). Mais, je ne supporte pas de voir un point blanc sur ma peau. Voilà, c’est dit. 

J’ai donc élaboré un petit protocole que j’essaie de suivre à chaque fois que je veux percer un bouton (j’utilise le verbe essayer parce que je retourne parfois à mes mauvaises habitudes de tritureuse en chef, ce que je regrette par la suite lorsque je me retrouve avec une énorme marque rouge…). 

L’essentiel est d’attendre que le bouton soit prêt et de bien faire attention à ce qu’il puisse être percé. S’obstiner à triturer des boutons rouges ne sert à rien et peut, au contraire, faire empirer la situation.

Voici ce que je fais pour me débarrasser de mes points blancs.

De quel type de bouton s’agit-il?

D’abord, j’essaie de déterminer si le bouton peut être percé. Pour ça, j’ai écrit un article détaillé sur les différents types d’imperfections ici

Est-il prêt à être percé? 

C’est la partie difficile (et c’est là où j’échoue souvent). J’observe le bouton dans un endroit bien éclairé pour voir s’il a un point blanc (= pus). S’il est près de la surface, je passe à l’étape suivante. Dans le cas contraire, j’utilise de l’acide salicylique pour le faire bourgeonner plus vite.

Processus d’extraction en trois étapes

      1. Percer

Je fais bien attention à ce que mes mains et mon visage soient propres avant de commencer. Il y a deux manières de procéder, soit avec ses doigts recouverts de mouchoir ou alors avec un tire-comédon. La plupart du temps, j’utilise mes doigts que je place de chaque côté du bouton. Ensuite, j’appuie vers le bas et je remonte vers le bouton (Caroline Hirons explique bien l’importance de cette technique dans cet article). Si ça ne sort pas après deux ou trois tentatives, j’arrête (enfin, j’essaie). 

      2. Désinfecter

La deuxième étape consiste à désinfecter la zone avec un coton imbibé de lotion exfoliante. J’utilise la même lotion à l’acide salicylique que j’ai mentionnée plus haut.

      3. Réparer

Enfin, il ne reste plus qu’à réparer la peau. Pour cela, j’aime appliquer sur la zone une couche de crème réparatrice cicalfate de la marque Avène. Ça aide à accélérer le processus de cicatrisation et à atténuer les rougeurs.

Voilà, c’était le dernier article dans cette série sur le traitement des imperfections!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *